Non Résolus!
Sélection Reader's Digest France & Belgique|Novembre 2019
Non Résolus!
Ces sept mystères déconcertants déroutent les détectives, les chercheurs et les explorateurs depuis des années. Et si la vérité était ailleurs ?
Jacopo Della Quercia Et Lauren Cahn
Du bruit à en tomber malade

En décembre 2016, un agent de la CIA se présente à l’infirmerie de l’ambassade américaine à La Havane, se plaignant de nausées, de maux de tête et d’étourdissements. Quelques jours plus tard, deux autres membres de la CIA disent ressentir les mêmes symptômes. À la fin de 2018, ce sont 26 Américains et 13 Canadiens qui souffrent à leur tour de nausées, de perte d’audition, de vertiges, de saignements de nez et de problèmes de concentration. Toutes les victimes affirment que ces symptômes ont été déclenchés par un bruit étrange entendu chez eux ou dans leur chambre d’hôtel. L’une d’elles décrit un son aigu, une autre parle d’une « onde sonore » pointée vers sa chambre. D’autres soutiennent que le bruit ressemble plutôt à celui de billes roulant sur le plancher.

Ces détails rendent les spécialistes médicaux perplexes. Des médecins de l’université de Pennsylvanie, qui examinent certaines des victimes, diagnostiquent des symptômes proches de ceux d’une commotion cérébrale, sans pourtant en déceler les signes.

Nous devinons ce que vous êtes en train de vous dire : que le gouvernement cubain cache quelque chose, non ?

Les Cubains nient avec véhémence toute responsabilité et de nombreux enquêteurs américains les croient, faute de savoir ce qui a bien pu rendre ces gens malades. Est-ce un nouveau type d’arme ? La CIA affirme ne pas avoir connaissance d’un arsenal pouvant causer ces symptômes. Qu’en est-il des ultrasons ? Une théorie prétend qu’une paire de dispositifs d’écoute espions placés trop près l’un de l’autre par des agents cubains aurait pu malencontreusement produire ces réactions, comme un effet Larsen lorsqu’on se trouve trop près d’un microphone. Le FBI ne trouve aucune preuve permettant de confirmer cette hypothèse. D’ailleurs, les ultrasons se situent au-delà du spectre de l’audition humaine.

L’enregistrement de ces sons par certaines victimes ne fait qu’ajouter à la confusion. Deux scientifiques étudient les bandes de près et concluent qu’on a capté le chant nuptial de criquets mâles. L’un d’eux, Alexander Stubbs de l’université de Californie à Berkeley, affirme que ces insectes sont incroyablement bruyants. « On peut les entendre depuis la cabine d’un camion à moteur diesel roulant à 65 km/h sur l’autoroute », assure-t-il. Toutefois, ces savants ignorent toujours pourquoi de tels bruits auraient pu rendre des humains malades.

Peut-être était-ce leurs nerfs… « Cuba est un poste à menace élevée et à haut niveau de stress », reconnaît un ancien fonctionnaire de l’ambassade. Dès qu’ils arrivent en poste, les diplomates sont mis en garde : « Vous serez placés sous surveillance. Il y aura des dispositifs d’écoute dans votre résidence, sûrement dans votre voiture. » Chez certains, cela crée un état de stress élevé qui les pousse à voir des menaces partout. »

Certes, mais alors comment expliquer ce qui s’est produit en Chine ? En mai 2018, on y diagnostique exactement la même maladie mystérieuse chez un Américain en poste au consulat de Guangzhou. Au bout du compte, 15 Américains doivent être évacués.

Si la cause manifestement aérienne de ces troubles cérébraux demeure un mystère, les conséquences sont claires. Les Américains ont depuis retiré 60 % de leur personnel diplomatique en poste à Cuba et expulsé 15 diplomates cubains de Washington. Ces bruits mystérieux pourraient bien être la première salve d’un nouveau genre de guerre froide.

Statues vivantes

De 1917 à 1928, un demi-million de personnes ont été affligées d’une horrible maladie qui pourrait figurer dans un film d’horreur. Les victimes – bien vivantes et conscientes – se sont retrouvées dans un état de paralysie inexplicable, l’esprit emprisonné dans leur corps immobile.

L’encéphalite léthargique (EL), ou « maladie du sommeil européenne », est apparue pour la première fois en Europe et s’est rapidement répandue dans le monde, atteignant des niveaux épidémiques en Amérique du Nord, en Europe et en Inde, en 1919. Environ un tiers des individus affectés en sont morts et, parmi les survivants, près de la moitié ont fini par être incapables de communiquer somatiquement avec le monde extérieur tout en restant pleinement conscients de leur environnement. Parfois capables de prononcer quelques mots, de bouger les yeux ou même de rire, ils ressemblaient à des statues vivantes – totalement immobiles pendant des heures, des jours, des semaines, voire des années.

La cause de cette maladie demeure inconnue, mais selon une théorie, il s’agirait d’une inflammation du cerveau déclenchée par une souche rare de streptocoque, la bactérie responsable de nombreuses angines chaque année. La science émet l’hypothèse que cette bactérie aurait muté, poussant le système immunitaire à attaquer le cerveau et à laisser sa victime sans défense.

Rien cependant n’explique pourquoi la maladie a disparu pour ne réapparaître que sporadiquement par la suite, que ce soit en Europe dans les années 1950 ou en Chine il y a 10 ans, où une fillette de 12 ans a été hospitalisée cinq semaines.

Ces cas isolés sont-ils la nouvelle forme de ce mal étrange ? Ou sont-ils les signes avant-coureurs d’un retour en force de l’EL ? Une étude conduite en 2004 sur 20 patients qui présentaient des symptômes remarquablement similaires à ceux de l’EL a conclu que ce qui les affligeait était « toujours répandu ». La maladie du sommeil peut donc encore alimenter de nombreux cauchemars.

Antiquités vagabondes

articleRead

You can read up to 3 premium stories before you subscribe to Magzter GOLD

Log in, if you are already a subscriber

GoldLogo

Get unlimited access to thousands of curated premium stories, newspapers and 5,000+ magazines

READ THE ENTIRE ISSUE

Novembre 2019