Graines De Bonheur
Sélection Reader's Digest France & Belgique|Juin 2019
Graines De Bonheur

En me faisant croire aux miracles, grand-père m’a appris qu’il faut toujours saisir au vol les joies qu’offre la vie.

Conrad Kiechel

NOUS VENIONS d’arriver en France, et ma femme Nancy et moi déballions nos affaires par un après-midi d’août. Nous avions hâte de faire de l’appartement un lieu accueillant pour oublier notre exil.

Assise par terre, Claire, notre fille de trois ans, feuilletait des livres. Elle en avait visiblement assez de vivre au milieu des cartons. « S’il te plaît, lis-moi ça », a-t-elle dit en me tendant un volume bleu.

Sur la quatrième de couverture aux couleurs passées était écrit : « Le français en s’amusant. » Mon grand-père, qui avait été élevé dans cette langue, m’avait fait cadeau de cet ouvrage lorsque j’étais enfant. Mes parents l’avaient retrouvé je ne sais où et glissé dans nos bagages.

Claire m’a montré une page sur laquelle figurait la partition d’une vieille comptine française : « Savez-vous planter les choux ? » Quelqu’un avait barré à l’encre le mot « choux » pour le remplacer par « pastèques ».

« Papa ! c’est toi qui as fait ça ? », s’est indignée Claire. Nous venions de lui apprendre à ne pas gribouiller sur les livres. Je lui ai expliqué que le coupable était mon grandpère. « Pourquoi a-t-il fait ça ? »

Elle n’y comprenait plus rien. C’est alors que, m’asseyant pour lui raconter toute l’histoire, je me suis retrouvé transporté des années en arrière, sur une route cahotante du Nebraska.

« C’EST ENCORE LOIN ? » a demandé ma sœur Vicky, assise sur la banquette arrière de la familiale, une Ford 54.

Nous étions au dernier jour de notre long trajet annuel vers l’ouest, où habitaient mes grands-parents. Chaque été, pendant quelques semaines, Vicky et moi allions y faire le plein d’aventures. Nous actionnions la vieille pompe pour en voir jaillir toutes sortes d’insectes ; nous montions des spectacles de feux d’artifice au fond du jardin ; nous nous abritions sous une bâche jetée sur des cordes à linge pour échapper au soleil de midi.

À notre arrivée, grand-maman s’est précipitée pour nous accueillir. Grandpère l’a suivie en boitant et nous a pris dans ses bras. Jeune homme, il semblait promis à un brillant avenir : agriculteur, enseignant, puis, à 26 ans, sénateur. Sa destinée paraissait toute tracée lorsque, à 44 ans, une congestion cérébrale l’avait rendu infirme. À un moment donné, entre sa maladie et mon enfance, il s’était réconcilié avec lui-même. Sa lutte contre la mort lui avait appris à quel point la vieest précieuse. Il avait un tel appétit de vivre que Vicky et moi nous bagarrions pour jouer avec lui.

articleRead

You can read up to 3 premium stories before you subscribe to Magzter GOLD

Log in, if you are already a subscriber

GoldLogo

Get unlimited access to thousands of curated premium stories, newspapers and 5,000+ magazines

READ THE ENTIRE ISSUE

Juin 2019