Comment J'ai Appris À Être Heureuse
Sélection Reader's Digest France & Belgique|Octobre 2019
Comment J'ai Appris À Être Heureuse
Cette réalité insaisissable qu’est le bonheur faisait l’objet d’un cours. Je m’y suis inscrite !
Quand j’ai appris que le cours le plus populaire de l’histoire de l’université Yale était désormais gratuit en ligne, je me suis dit qu’il fallait bien découvrir de quoi il retournait. C’était un cours de psychologie conçu pour aider les étudiants à devenir plus heureux. Et comme j’écris sur le bonheur depuis des années, transmettant à mes lecteurs ce qu’en disent les chercheurs qui ont remarqué que telle idée ou telle habitude peuvent stimuler le bien-être, j’étais curieuse d’apprendre ce que recommandait la spécialiste Laurie Santos. Son cours de 10 semaines consistait en une série de conférences vidéo qui duraient en tout 19 heures.

Dès le début, je me suis dit que je ne voulais par faire cette expérience seule. J’ai donc invité mon petit ami Ian à se joindre à moi. D’abord parce que j’avais tant écrit sur le bonheur que je pensais déjà connaître bon nombre des notions que proposait Laurie Santos. Et aussi, je voulais voir comment réagirait un néophyte.

L’autre raison pour laquelle je l’ai enrôlé est que j’espérais qu’il en tirerait profit. Ian est un homme anxieux qui envisage toujours le pire. Il prend parfois les critiques professionnelles ou les commentaires anodins de ses amis trop à cœur, et cela peut gâcher son existence. Pourtant, il est bon, gentil, attentionné, et mérite plus de joie dans sa vie. J’espérais aussi qu’en se familiarisant avec les conclusions de la recherche sur le bonheur, il lui serait plus facile d’atteindre cet objectif.

Divorcés avec six enfants à nous deux, la semaine, nous nous voyons peu. Notre travail nous accapare tout comme nos familles respectives. Un week-end sur deux, nous nous réservons du temps pour nous seuls. Pendant trois mois, nous nous sommes donc imprégnés de ce que Mme Santos avait à proposer. Après avoir suivi ce cours, je suis convaincue que ses recommandations peuvent véritablement contribuer à rendre plus heureux, qu’on soit étudiant d’université ou octogénaire.

Nous avons appris que les objectifs que l’on poursuit en pensant qu’ils nous apporteront plus de bonheur – un meilleur salaire, une plus jolie maison, un corps parfait – n’ajoutent en réalité aucune joie. Il y a en revanche des habitudes – vivre des expériences (vacances ou concerts) plutôt qu’acquérir des biens matériels (voiture ou téléphone) – qui nous rendent plus heureux. Faire plus d’exercice, entretenir des relations, dormir assez et privilégier les temps libres plutôt que de faire de l’argent, en sont des exemples. Une fois ces chemins vers le bonheur identifiés, vous pouvez commencer à agir sur votre propre humeur.

« Beaucoup ignorent qu’il faut y mettre du sien pour être un peu plus heureux, m’a expliqué Mme Santos après notre cours en ligne. C’est comme un pneu que l’on gonfle, mais qui fuit parfois, alors il faut souffler plus d’air à l’intérieur. Cela signifie que ces pratiques constantes sont ce dont vous avez réellement besoin pour stimuler votre bonheur. Ce n’est pas une action ponctuelle que vous découvrez une fois pour en profiter le restant de vos jours. Il faut effectuer de vrais efforts. »

Ian et moi avons également appris à reconnaître les façons dont notre esprit nous dupe pour nous faire croire que nous sommes moins heureux. Ainsi, on a souvent tendance à comparer ses propres accomplissements à ceux de l’entourage, qui peuvent sembler plus éminents ou plus achevés. Par ailleurs, notre cerveau s’adapte aux changements : avoir une nouvelle voiture ou un nouveau compagnon de vie est certes excitant au début, mais cela est vite intégré si bien qu’on n’éprouve plus le même enthousiasme.

Bien que le cours ait fait grand place au désir d’avoir de bonnes notes, de décrocher l’emploi idéal et de trouver une personne spéciale avec qui partager sa vie, sa portée dépasse amplement les questions que se posent les étudiants d’université. L’essentiel de ce que Mme Santos disait vaut aussi bien pour Ian et moi, qui formons un couple d’âge mûr. « Les conseils que la science dégage sont universels, dans la plupart des cas, assure Laurie Santos. Ils s’appliquent à toutes les cultures et à tous les âges, quel que soit votre métier. »

Le bonheur à notre portée

articleRead

You can read up to 3 premium stories before you subscribe to Magzter GOLD

Log in, if you are already a subscriber

GoldLogo

Get unlimited access to thousands of curated premium stories, newspapers and 5,000+ magazines

READ THE ENTIRE ISSUE

Octobre 2019